Rouen

Le musée des Antiquités

Créé en 1831, le musée des Antiquités de Rouen se trouve au sein de l’ancien couvent de la Visitation Sainte-Marie daté du XVIIe siècle. Ses collections comportent des objets datés entre l’Antiquité et la Renaissance issus de la région ou de pays étrangers (Grèce, Egypte), dans l’objectif de faire découvrir la culture et la vie quotidienne de ces civilisations. Ses rèserves comportent également quelques-uns des rares objets vikings découverts en Normandie.

À sa mort Rollon est inhumé au sein de la cathédrale de Rouen. Ces restes sont déplacés au début du XVIIe siècle en raison des travaux dans la cathédrale et du déplacement du maître-autel. Ils sont en réalité déplacés à plusieurs reprises au sein même de la cathédrale. Le gisant originel est daté de façon incertaine entre le XIIIe et le XVe siècle, l’actuel est une copie du XIXe siècle du gisant d’Henri Ier, également enterré dans la cathédrale de Rouen. Il est une dernière fois déplacé au sein de la cathédrale en 1956.

Son gisant porte l’inscription suivante :

« IN.SINU.TEMPLI.ROLLO.QUIESCIT

A.SE.VASTATAE.CONDITAE.NORMANNIAE.PATER.AC.PRIMUS.DUX

LABORE.QUI.FRACTUS.OCCUBUIT.OCTOGENARIO.MAIOR.AN.CM.XXXIII »

(Traduction : Au sein de ce temple, repose Rollon,

père et premier duc de la Normandie, dévastée et relevée par lui.

À bout de force de ce labeur, il succomba en 933, âgé de plus de 80 ans.)

 

Rouen et l’histoire normande

Lorsque Rollon conclut le traité de Saint-Clair-sur-Epte avec le roi franc Charles le Simple, celui-ci lui accorde le contrôle d’un territoire centré autour de la ville de Rouen dont Rollon fait sa capitale. Rouen reste ville normande jusqu’en 1204, date de la reddition de la Normandie face au roi Philippe Auguste.

Les traces matérielles des Vikings en Normandie sont en réalité très minces, car ceux-ci se sont intégrés très vites à la société franque. Les vikings installés dans la région se sont majoritairement mariés ou vécus en concubinage avec des femmes franques qui ont élevés leurs enfants selon les croyances et les coutumes de la société franque.

En 1967 à Guernesey a été découverte une « maison longue » comportant une double entrée, une partie pour les animaux et une partie résidentielle, un foyer central, deux lits clos au pignon, découverte d’une pièce de jeu en os décorée d’une bête agrippeuse. Maison découverte à Saint-Hélier à Jersey identique à la première. Découverte d’un objet en bronze décoré d’un motif géométrique potentiellement viking à Jerbourg.

Le Hague-Dike construit par les Celtes entre 900 et 800 av. J.-C. pour protéger la pointe nord-ouest du Cotentin a peut être été réutilisé par les Vikings.

A Réville une nécropole a été découverte sur la plage et fouillée en 1962. Deux tombes naviformes de 3m sur 2 y ont été étudiées.

Les vikings ont également laissé leur trace dans le vocabulaire, en particulier marin, ou encore dans la toponymie et l’anthroponymie, en particulier en Seine-Maritime, dans le Cotentin et le Bessin.

Par exemple, vocabulaire lié à l’eau et à la pèche :

- « grunes » = fonds rocheux découverts lors des grandes marées

- « houlles » = trous dans les rochers 

- « estran » = grève 

- « lyr » = lieu (poisson) 

- « koli »= colin 

- « krabbi » = crabe 

- « humarr » = homard 

- « fliða » = flie, etc.

PARC HISTORIQUE ORNAVIK

DOMAINE DE BEAUREGARD
14200 HÉROUVILLE-SAINT-CLAIR
02 31 52 40 90

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

NEWSLETTER

adresse invalide